Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Avenir sans Pétrole

De la liberté d'expression aux politiques sécuritaires

14 Janvier 2015 , Rédigé par Benoît Thévard

Je n'ai pas peur du terrorisme, car j'ai statistiquement 50 fois moins de chances de mourir dans un attentat que d'être frappé par la foudre. Je n'ai pas peur de la diversité des cultures. Je n'ai pas peur des mosquées, ni d'aucun lieu de culte. Je n'ai décidément pas peur de l'étranger, de celui qui est différent de moi. D'ailleurs, je croyais que c'était ça que le peuple chantait dans la rue...

En fait, j'ai peur de notre propre réaction et de celles des gouvernants. Je crains que, tétanisés par le choc, nous manquions de discernement face à l'escalade sécuritaire. Pourtant, cette escalade est née d'une belle et grandiose réaction populaire qui disait: "nous n'avons pas peur, notre mode de vie ne changera pas pour satisfaire l'obscurantisme". Ah bon ?

Je me suis retrouvé comme beaucoup d'autres, sur une place de ma petite ville, entre la tristesse face à la mort et les rires pour faire honneur à l'humour et la dérision de Charlie. De nombreuses personnes ont chanté la Marseillaise, parfois sans se rendre compte qu'elle est un appel au sang et à la violence, c'est-à-dire l'inverse de ce que nous sommes venus plaider et partager ce soir-là.

J'y étais mais ce que je craignais le plus, ce n'était pas les futures folies barbares de quelques égarés, mais plutôt la réaction que ce drame allait engendrer.

Quelques jours ont passé et le pays semble avoir basculé dans une nouvelle phase, bien moins conviviale. Certains y voient une formidable union des forces et un élan patriotique, j'y entrevois plutôt une opportunité pour le gouvernement de montrer sa détermination et son sang froid, en fonçant tête baissée dans une logique sécuritaire, quitte à s'asseoir sur les libertés de chacun.

Désormais, il n'y a plus de pauvres, plus de récession, plus besoin d'un vrai projet de société, plus de licenciements et de courbe du chômage, plus de risque énergétique, de pic pétrolier, de changement climatique. Tout le monde est debout pour soutenir le déploiement de 10000 soldats dans toute la France, pour protéger militairement les lieux de culte, pour accroitre la surveillance dans les lieux publics et la censure sur internet, pour maintenir un climat de peur (à défaut de maintenir le climat tout court) et finalement, changer notre perception des réalités.

Notre gouvernement dispose d'une légitimité presque totale pour prendre les mesures qui s'imposent. Ainsi, notre premier Ministre a été ovationné par l'ensemble des députés à l'Assemblée Nationale après avoir déclaré l'état de guerre dans lequel nous serions entrés.

Est-ce vraiment une démonstration que les terroristes n'ont pas gagné et que nous n'avons pas peur ?

De la liberté d'expression aux politiques sécuritaires

Je me suis souvent interrogé sur l'indulgence des américains lors de la signature du Patriot Act après les attentats du 11 septembre. Je me demandais comment une population pouvait supporter de ne plus avoir de vie privée au nom d'une insécurité largement exagérée. Je comprends mieux maintenant. Je comprends mieux cette indulgence et cette passivité, car comme eux en 2001, les français sont aujourd'hui choqués, la peur domine et beaucoup sont prêts à échanger un peu de leur liberté contre un sentiment de sécurité.

Les gouvernements successifs ont souvent bafoué la fraternité en stigmatisant les minorités ou les immigrés. Les gouvernements successifs n'ont rien fait pour favoriser l'égalité et l'écart n'a jamais cessé de se creuser entre les plus riches et les plus pauvres.

Aujourd'hui, ne laissons pas disparaitre le dernier symbole républicain: la liberté. Quelques âmes en perdition ont voulu nous priver de notre liberté d'expression en tuant Charlie. La conséquence ne peut pas et ne doit pas être une privation de nos libertés ... tout court !

"Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'un ni l'autre, et finit par perdre les deux" 

Benjamin Franklin

 

// A situation exceptionnelle, article exceptionnel ! La liberté d'expression est à la base de tout ce que je fais depuis des années. C'est donc un billet d'humeur et de circonstance //

Partager cet article

Commenter cet article

mat 22/01/2015 12:27

Scène de psychose ordinaire:
Je vais régulièrement nager dans une piscine municipale de Bordeaux depuis plusieurs années.
Aujourd'hui de nouvelles affiches sont placardées à l'entrée:'VIGIPIRATE'. Dès mon arrivée, un employé municipal me demande d'ouvrir mon sac et en vérifie le contenu. "C'est une directive de la mairie en raison du pan vigipirate" me dit-il.
Une classe d'enfants de 8-9 ans arrive également. Chaque sac de chacun des élèves est également fouillé.
Je me sens triste.

Philippe L. 20/01/2015 09:05

Ce dont il faut avoir peur également, c'est de notre politique étrangère qui risque de se durcir encore. Nous (nos gouvernants) ont une lourde responsabilité dans ce qui s'est passé, dans ce qui va se passer. Dominique de Villepin, ancien premier ministre, est l'un des rares politiques être lucide sur cette question. Ses paroles prononcées face à Jean-Jacques Bourdin il y a quelques mois prennent tout leur sens aujourd'hui : https://www.youtube.com/watch?v=qdG-8GMeKvw
Il nous dit maintenant que "l'esprit de guerre est un piège"
http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/01/08/resistons-a-l-esprit-de-guerre_4552133_3232.html
qu'une guerre en appelle une autre et attise la haine.
Les interventions des pays occidentaux dans les pays du proche et du moyen-orient ne sont pas un phénomène récent. Elles ont un rapport direct avec ce dont il est question sur ce site : l'accès aux ressources (pétrole en particulier). Faisant le grand écart entre de Villepin et le Grand Soir, nous pouvons en effet nous demander en remontant plus loin dans le temps : Terrorisme musulman : à qui la faute ? http://www.legrandsoir.info/terrorisme-musulman-a-qui-la-faute-counterpunch.html
L'Occident est souvent intervenu dans ces pays afin d'accéder à leurs richesses, éliminant les dirigeants les plus progressistes et les plus sociaux, privilégiant les plus obscurantistes. Nous en payons actuellement le prix et au pire moment, celui de notre déclin.

Isabelle 18/01/2015 11:11

Merci d'avoir mis en mots cette impression de basculement vers tout autre chose. Il y a du boulot, mais on ne va pas se laisser faire!

philou 18/01/2015 00:12

oui ,nous sommes tous choqué je pense par ces événements au combien dramatiques ,et surtout quel gâchis.
j'ai des amis musulmans ,et dans ce contexte je n'ai pu m’empêcher de leur poser des questions ,je suis de nature plutôt athée ,j’entretiens un doute sur un éventuelle "merveilleux architecte " de l'univers mais l'essence des religion ou de leur représentants ne m'inspire pas ....
mes amis en question m'ont appris que le "jihad" ne signifie pas en fait une guerre sainte mais une guerre contre soi même ,contre ses démons intérieurs;leur prophète enseigne a combattre nos passions afin de devenir meilleurs ....
j'ai vu également un reportage ou les premier mots pour qualifier le pétrole était le "sang du diable" ;je ne suis pas croyant mais quand même ...
je ne me réjouis pourtant pas plus au vu des 7 millions d'exemplaires de Charlie vendu ,je ne sais pas exactement qui va récupérer toute ces émotions ...
désolé j'ai mis beaucoup de .... mais nous sommes dans une parenthèse en ce moment ,soyons attentif ...................

France19 14/01/2015 22:26

Et si les conséquences que vous redoutez n'étaient en fait que les objectifs de ceux qui ont permis ou même commandité ces attentats : http://www.chaos-controle.com/archives/2015/01/13/31311069.html, et aussi : http://www.tv7.com/point-de-vue-de-boris-cyrulnik-neuropsychiatre_3979593465001.php

Blah 14/01/2015 23:25

À quand le terrorisme asiatique?