Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Avenir sans Pétrole

Un scénario de transition énergétique citoyen pour la Région Centre

12 Mars 2015 , Rédigé par Benoît Thévard

Après le Nord-Pas-de-Calais et Pays de la Loire, c'est au tour de la Région Centre d'avoir son scénario de transition énergétique issu de la société civile !

Créée en 2012, l'association Virage Energie Centre - Val de Loire est d'abord issue d'une réflexion partagée par de nombreux citoyens sur le modèle énergétique régional. Considérée comme exportatrice d'énergie grâce à ses quatre centrales nucléaires, le territoire dépend pourtant à 90% des importations pour sa consommation d'énergie finale, qu'il s'agisse de ressources fossiles (gaz et pétrole) ou fissiles (uranium). 

Outre les nombreux points de débat que suscite le parc nucléaire en général - son vieillissement, la gestion des déchets, le risque lié aux attentats, la gestion sécurisée en période de crise et de changements climatiques, etc. - la crispation générée par la présence imposante de ce secteur empêche souvent le débat d'avoir lieu et les alternatives d'émerger.

Un scénario de transition énergétique citoyen pour la Région Centre

J'ai intégré l'association il y a un an, après de nombreux échanges concernant les priorités à mettre en avant dans le cadre de la transition énergétique. Pour moi, la transition énergétique n'est pas simplement une transition électrique et la question des énergies fossiles doit être au centre du débat. Il n'était donc pas question de parler uniquement de la fermeture des centrales nucléaires et d'oublier la contrainte du pétrole et du gaz.

Ma présence au sein du groupe a donc été conditionnée à un meilleur équilibre dans le traitement des énergies, ce qui a été validé sans problème par l'ensemble des membres. Cela m'a permis d'apprécier l'ouverture d'esprit et la capacité de dialogue de ces citoyens qui travaillaient depuis deux ans déjà sur le sujet.

Le rapport peut être visualisé ou téléchargé ici

Ce travail repose essentiellement sur deux pilliers:

1/ Les gisements de production énergétique régionaux avaient été évalués dans le cadre du SRCAE de la Région Centre (Schéma Régional Climat Air Energie). Dans la plupart des cas, nous avons repris ces potentiels car nous n'avions pas les moyens de faire mieux. Cependant, nous avons proposé des améliorations dès que nous l'avons pu.

2/ L'évolution des consommations est correllée au scénario Négawatt national publié en 2011, scénario de référence dans le cadre de nos travaux. L'idée d'utiliser la méthanation pour la production de méthane à partir de bois ou d'électricité est également inspirée du scénario NégaWatt.

Vision du système énergétique régional en 2050. Il s'agit d'un diagrame de Sankey, qui se lit de la gauche vers la droite. Pour plus de détails, voir page 37 du rapport.

Vision du système énergétique régional en 2050. Il s'agit d'un diagrame de Sankey, qui se lit de la gauche vers la droite. Pour plus de détails, voir page 37 du rapport.

Peut-être que certain d'entre vous ont eu l'occasion de m'entendre ou de me lire au sujet de ce scénario NégaWatt, disant notamment qu'il me semblait irréalisable pour plusieurs raisons. Vous pourriez être surpris de me voir participer à l'élaboration d'un tel scénario à l'échelle régionale. En voici les principales raisons:

Dune part, je pense que ce scénario ne se réalisera pas plus que le scénario national. Même s'il est théoriquement possible d'atteindre les objectifs chiffrés que nous proposons, les contraintes politiques et géopolitiques, économiques, énergétiques, sociologiques et climatiques seront trop fortes d'ici 2050 pour permettre une parfaite continuité dans la transition, que nous appelons pourtant de nos voeux.

Ensuite, travailler sur un tel scénario est le meilleur moyen de faire la part des choses entre ce qui est possible et ce qui ne l'est pas. Par exemple, nous avons pu remarquer que, malgré une baisse de 60% de la consommation d'énergie finale par habitant (ce qui est énorme) et une hausse vertigineuse des énergies renouvelables (dans un monde idéal), nous sommes encore contraints d'importer un peu d'énergie fossile en 2050. Tant qu'on ne s'est pas confronté aux chiffres, on peut rester enfermé dans des croyances. Penser que les renouvelables peuvent nous permettre de continuer à vivre avec le même niveau de confort qu'aujourd'hui est de l'ordre de la science fiction. En revanche, elles peuvent être suffisante pour une société qui accepte de vivre autrement (vraiment autrement !), dans la sobriété et avec une meilleure répartition des richesses.

Un scénario de transition énergétique citoyen pour la Région Centre

Enfin, et c'est surement la principale raison pour laquelle j'ai tenu à contribuer à ce travail, nous devons construire ensemble une vision commune de l'avenir. Nous devons définir ce projet de société qui manque tant à tous les français et à tellement de citoyens dans le monde. Ce travail est un premier pas dans ce sens, car il permet désormais la critique, l'enrichissement, l'approfondissement. Chacun peut se positionner par rapport à ces propositions et contribuer à élaborer un projet collectif et des objectifs communs. En l'absence d'une telle base de discussion, comment savoir le chemin qu'il convient de prendre ?

Si vous êtes de la Région Centre, n'hésitez pas nous rejoindre ou à écrire à l'association pour faire part de votre avis positifs ou négatifs, de vos corrections, de vos idées et propositions. Si vous êtes d'une autre région, je ne peux que vous inviter à initier cette aventure chez vous !

Partager cet article

Commenter cet article

Vincent. daniel 19/03/2015 15:35

Rapport super intéressant, pas tout lu ou tout compris.

Vincent. daniel 19/03/2015 15:34

Bonjour,

J'ai cru comprendre que quand le vent souffle, il souffle sur toute l'Europe à peu prés en même temps. Donc je suis d'accord pour l'interconnexion mais si il y a stockage d'énergie. Cela demande des études auprès de chaque région sur ses possibilité de stockage. Cela doit être déjà fait chez EDF depuis longtemps.

Vincent 16/03/2015 01:31

Quand on voit l'opposition aux éoliennes et au barrage de Sivens, on ne peut qu'imaginer celle contre les THT qu'il va falloir ajouter pour interconnecter les régions.

Ça tourne en rond.

Vincent 13/03/2015 01:22

J'adore l'illustration:

http://img.over-blog-kiwi.com/0/93/15/03/20150312/ob_bda5e2_couverture-ven.JPG

Comment fait-on avancer les trains les soirées d'hiver sans vent?

Benoît Thévard 13/03/2015 09:21

si vous avez ne serait-ce que feuilleté le rapport, vous aurez remarqué que nous précisons que l'éolien n'a de sens en France que si les régions sont interconnectées. De plus, le train n'est pas franchement ce qui consomme le plus d'électricité, sauf si on veut tous du TGV... Extrait d'un autre article de ce blog: "Le réseau départemental de Haute-Vienne était exemplaire à ce titre, puisque la seule centrale hydroélectrique de Bussy-Varache, d’une puissance de 1,75 MégaWatts (MW), permettait d’alimenter les 345 km de lignes autour de la ville de Limoges, entre 1908 et 1949. Le parc de 39 locomotives a permis de transporter jusqu’à 2,2 millions de personnes en 1938, avec un départ tous les vingt minutes entre 5h du matin et 21h."
En tous cas, content que le dessin vous plaise :-)

B Cassoret 12/03/2015 17:12

Virage energie serait beaucoup plus pertinent s'il considérait le nucléaire comme un élément de solution et non comme le mal absolu. Les restrictions nécessaires qui apparaissent dans les rapports de virage energie entraineront une baisse du niveau de vie et des changements que la population n'acceptera ni ne comprendra ( lave-linges collectifs, logements plus petits occupés par plus de personnes, restriction des déplacements et loisirs....). Les énergies renouvelables ne pouvant suffire pour maintenir la consommation d'énergie actuelle, l'obstination anti-nucléaire ménera a la consommation permanente d'énergie fossiles dont les inconvénients sont pires que ceux du nucléaire et du manque d'énergie.

Benoît Thévard 12/03/2015 17:20

je comprends ce point de vue mais ne le partage pas. Les raisons de vouloir sortir du nucléaire sont nombreuses, qu'elles soient militantes, scientifiques, politiques, techniques, sociologiques. Je sais parfaitement que l'effort à fournir pour sortir du nucléaire et du pétrole à la fois sont colossaux, peut-être même inatteignables en l'état actuel des consciences. Cependant, la gestion d'un parc nucléaire, sans pétrole, en période de récession voire de profonde mutation, et dans le cadre de changements climatiques qui s'amplifient me semble plus dangereuse encore. Bref, les membres des différents groupes virage énergie partagent ce point de vue et l'expriment de manière constructive, conscients des défis majeurs qu'il faudra surmonter.