Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Avenir sans Pétrole

Baisse artificielle du prix de l'essence: ignorance ou mensonge ?

29 Août 2012 , Rédigé par Benoît Thévard Publié dans #Regard critique

Malgré tous les efforts de la sphère médiatique pour endormir la population avec des informations insignifiantes, les vacances n'ont pas empêché les consommateurs de constater la reprise de la hausse du prix des carburants. Il faut dire que le portefeuille, lui, ne prend pas de vacances !

 

Un prix qui monte, qui monte, qui monte ...


Alors que le prix du Brent a augmenté de 25 dollars en deux mois, passant de 90 à 115$/baril, l’actualité internationale est loin de rassurer les marchés.


Au Venezuela, une des plus grosses raffineries du monde était en feu depuis quatre jours après une explosion. On dénombre 48 morts et des dégâts très importants. La capacité de cet immense site est d'environ 1 Mb/j soit 1,1% de la capacité mondiale.

 

incendie-venezuela.jpg

© Reuters / Marife Cuauro


Dans le golfe du Mexique, 93% de la production de pétrole soit 1,3 Mb/j et 67% de la production de gaz ont été stoppées et les travailleurs évacués de 49 sites en prévisions du passage de l'ouragan Isaac. De plus, six raffineries d’une capacité totale de 1,3 Mb/j ont été fermées en Louisiane pour la même raison. Dans ces circonstances, il est d’ailleurs fort probable que les Etats-Unis utilisent leurs réserves stratégiques (722 Mb stockés dans le golfe du Mexique) pour soulager un peu la tension sur les prix de l’énergie.


Enfin, l’euro ne cesse de baisser face au dollar depuis un an, en passant de 1,45$ à 1,25$, ce qui ne manque pas d’alourdir la facture pétrolière des pays de la zone euro. En effet, le pétrole étant coté en dollars, la facture des consommateurs européens augmente d'autant plus que l’euro est en baisse. Cette situation avait d'ailleurs été protectrice en 2008, puisque l'euro était très fort et l'impact de la hausse des cours du pétrole a pu être mieux amorti chez nous.


Bref, faut-il le répéter, le prix du pétrole sera élevé, sauf crash économique majeur qui ferait baisser la consommation mondiale (ce qui ne manquera pas d’arriver un jour ou l’autre, étant donné le contexte).

 

Le pansement sur la jambe de bois


Face à cette situation, voici que le gouvernement français nous annonce une baisse de 0,06€/L d’essence dont la moitié serait prise en charge par l’Etat (manque à gagner de 300 M€) et l’autre par les pétroliers. Pour le consommateur, cela représente une économie moyenne de 72€/an. Au-delà de l’aspect marginal et populiste d’une telle proposition politique, je m’interroge sur l’ignorance ou l’aveuglement des décideurs. L’idée est de s’appuyer sur l’article L 410-2 du code du commerce qui permet de réguler les prix en cas de « situation exceptionnelle » pour instaurer un blocage temporaire.

 

prix-spot.JPG

Nous pouvons raisonnablement nous demander si les hautes responsabilités ne provoqueraient pas des troubles de la perception, qui conduiraient à qualifier d’exceptionnel un prix de 100$/baril, alors que le Brent est à 90$/baril en moyenne depuis 2007 et 104$/baril depuis 2010. Si une situation de cinq années est exceptionnelle, que dire de la durée d’un mandat présidentiel ?

 

Quant au cours de l'Euro, nous avons rejoint le niveau de juin 2010 et de mars 2009, mais là aussi, les perspectives de l'économie européenne étant ce qu'elles sont, je ne vois pas ce qu'il y a d'exceptionnel.

 

De la folie de ceux qui veulent que le prix monte


Donc, selon les sondages, 88% de la population serait pour une baisse des prix de l’essence. Mais qui sont donc les 12% restants qui aiment payer plus ? Peut-être des écolo-catastropho-pessimistes qui aiment payer plus cher les légumes bio et qui font du vélo même quand il pleut ? Ou alors simplement des gens qui pensent que le pétrole, non seulement va être durablement cher, mais va devenir de moins en moins disponible, surtout pour les pays comme le nôtre qui n’en ont pas du tout.


Alors, ces gens bizarres doivent se dire qu’un pétrole dont on baisse le prix ne permet pas l’adaptation de la société, que si nos voitures consomment moins que celles des américains, c’est parce que notre essence est plus taxée, que si l’étalement des villes est si important aux Etats-Unis, c’est parce que l’urbanisation y est basée sur une essence quasiment gratuite.


Probablement qu’ils ont fait le constat que l’essence est de plus en plus chère, mais ils ne croient visiblement pas aux miracles, comme par exemple le remplacement de 32 millions de voitures françaises par des voitures électriques (dont on ne sait ni comment les alimenter, ni avec quoi fabriquer les batteries qu’il faut changer tous les 5-10 ans, ni avec quel argent les acheter). D’ailleurs, le prix de l’électricité augmente lui aussi, bizarrement … tout comme celui du gaz ! Ils ne croient pas non plus que l’on puisse remplacer les camions, les tracteurs et les avions qui fournissent notre alimentation quotidienne.

 

edf.jpgEvolution du prix de l'électricité (source: Jacques Foos)

 

Bref, ils doivent surement se dire qu’il faut changer maintenant d’organisation, plutôt que gaspiller des centaines de millions d’euros pour que les français économisent 72€/an et se retrouver au pied du mur dans les semaines/mois qui viennent.


Le plus bizarre chez ces marginaux, c’est qu’ils ne croient pas qu’une situation qui dure depuis plus de cinq ans soit exceptionnelle. Ils seraient même assez fous pour penser l'inverse, c'est à dire que les périodes de baisse ne pourront pas durer. Ils doivent surement penser que les responsables politiques ont une réelle volonté de tromper la population, en faisant croire que tout cela est passager, qu’il suffit de serrer les fesses et que tout va bien se passer quand la croissance va repartir. Ou bien peut être qu’ils les pensent incompétents, tout simplement.


Non vraiment, cette petite minorité ferait mieux de se taire, d’autant plus que les publications affirment que nous ne manquerons pas de pétrole dans les années qui viennent. D’ailleurs, nous n’en avons jamais eu autant parait-il ! Quoi ? On ne vous a pas dit ? Et bien oui, plus on puise dans un stock et plus on a de réserves, c’est la magie des chiffres, la prestidigitation des organisations mondiales et des compagnies pétrolières.

 

magie


Les rapports et articles se succèdent ces dernières semaines, publications de marchands de doutes pour expliquer le formidable boom de l’industrie pétrolière. Ils ne comprennent pas que lorsqu'un enfant ne veut pas dormir, il ne sert a rien de hurler la berceuse!

 

Par ailleurs, ils n’expliquent pas que les investissements nécessaires sont immenses, que les risques technologiques et les impacts environnementaux augmentent de manière exponentielle, que la situation géopolitique est exécrable et que les économies sont surendettées, pour ne pas dire ruinées, incapables d’assumer un pétrole deux fois plus cher. Alors, la production miraculeuse ne viendra pas, car la croissance des économies occidentales est morte et incapable d'apporter les milliers de milliards nécessaires pour continuer à aller travailler tous les matins à 100 km de chez soi ou à prendre la voiture pour aller acheter le pain au bout de la rue. Le gouvernement américain essaye bien de sauver la face en manipulant les chiffres de l’inflation, mais en réalité, son économie est en récession depuis plus de 10 ans. Qu'en est-il de l'économie européenne ?

 

GDP-USA.gif

La courbe rouge est l'évolution officielle de la croissance américaine, avec la nouvelle méthode de calcul de l'inflation. La courbe bleue est la croissance calculée sans distorsion, c'est à dire utilisant la méthode de calcul précédente.

 

La croissance n’est plus et notre Président ferait bien de ne pas gaspiller les précieux millions que nous pouvons encore dépenser, pour les utiliser dans un vaste chantier de préparation de l’après pétrole.


Vous l’avez compris, je fais partie des 12% et je pense que la baisse artificielle et provisoire du prix de l’essence est absurde car elle ne s’accompagne pas d’une profonde mutation de notre économie.  C'est un immense challenge pour tout le monde, mais plus les gouvernements s'entêteront à sauver la face d'une économie moribonde, plus ils aggraveront la situation et priveront la population des moyens de réaliser le changement (le VRAI changement)!

Partager cet article

Commenter cet article

Jean-Luc Daguzan 18/10/2012 08:38


Bonjour à toutes et à tous,


Je réagis très après la parution de cet article que j'ai lu et relu plusieurs fois,en ayant fait entre temps une large publicité. Jusqu'à présent je n'avais pas prêté attention aux commentaires.
Je veux réagir,positivement, au commentaire de Loran, qui préconise une attitude positive (encore) face aux problèmes que nous rencontrons, repoussant ainsi un catastrophisme improductif et
stérile. Je me dois de vous dire que j'ai connaissance, dans mon entourage proche, de citoyennes et citoyens extrêmement démunis, disposant à peine de 400 euros mensuels pour vivre, ne
pouvant s'alimenter tous les jours et ne se chauffant pas ou très peu l'hiver. A titre indicatif je fais partie d'un groupe de transition et je connais le discours sur la résilience et tout le
toutim. Il n'empêche qu'aujourd'hui nombre de citoyens sont au bord du gouffre, ou carrément dedans, souffrants et en colère. Ce n'est pas être négatif que d'être réaliste. Je continuerai donc à
appeler un chat, un chat, et la langue française est assez précise pour définir clairement les situations. Et je me garde bien d'expliquer à mes concitoyens dans la panade que c'est très positif
de ne manger qu'un jour sur deux, quoique...


Lucide, positif, réaliste je suis.


Fraternellement, Jean-luc

timiota 10/09/2012 19:34


Bonjour


Je suis un contributeur assez régulier aux commentaires sur le site de Paul Jorion (même pseudo). Je crois que c'est un fléchage du style "des infos qui ont la même base que Jancovici mais qui
sont moins assénées de façon hautaine" qui m'a indiqué votre positif blog.


J'ai lu cet été le livre de M. Tanuro "L'impossible capitalisme vert" au lien suivant  (désolé, la fonction url marche pas) :


http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-L_impossible_capitalisme_vert__-9782707173232.html


 


Parmi les critiques que fait cette personne ouvertement très à gauche, il y en a une qui conviendrait à beaucoup de gens qui écrivent ici en disant "Ah oui, j'essaye d'être sobre, etc. mais là j'
craque un peu, ça l'fait pas, alors je culpabilise", je caricature un peu certes : C'est que c'est le système sauce néolibérale qui rabat l'écologie sur une pratique individuelle, forcément
délicate (nous ne sommes ni des sain,ts ni des diables), alors que c'est avec davantage de pratiques collectives qu'on utilisera un bras de levier nien plus puissant, et nous évitant la prise de
tête. Il est vrai que ce "collectif" commence par écorner sinon le principe de la propriété privée, du moins l'usage qu'on en a : si je veux récupérer les déchets végétaux que mon voisin laisse
en bas de chez lui pour mon "si(ct)om", il va falloir que tot ou tard, j'aille les chercher dans son jardin ou qu'il les apporte dans le mien, puis qu'il compare tel terre ou compost au sien,
etc. La plus immense barrière est ainsi celle à deux pas de chez nous !


Ce bouquin n'est pas trop mal de façon général, si vous ne l'avez pas lu.


Cordialement et bon courage

SuperNo 05/09/2012 06:40


Bonjour,


Un commentaire sur mon blog m'a mené tout droit à ce site. J'aime beaucoup les chiffres et les graphiques à l'appui d'une démonstration implacable. Je suis emballé : hop -> favoris !


A bientôt !


SuperNo

Benoît Thévard 06/09/2012 09:13



Bonjour SuperNo,


Merci pour ce commentaire et le référencement, ça fait plaisir !



Loran 31/08/2012 13:08


Bonjour,


je fais moi aussi partie des 12 %.


Je retweete...


Un conseil a la lecture de votre reponse au commentaire précédent, restez bien positif! Vous le faites dans vos articles, c'est très bien, continuez, le réchauffement climatique aura lieu ou pas,
mais le catastrophisme ne sert à rien... Les gens font l'autruche, il faut etre PO SI TIF, et vous savez tres bien le faire!


 

Benoît Thévard 06/09/2012 09:21



La tendance au catastrophisme à tendance à survenir quand on sent que le système accélère, comme un rameur qui tente de remonter le courant en arrivant au bord de la cascade ... Avalanche de
désinformation, de mensonges et de mauvaises décisions qui agacent terriblement. Pour reprendre l'idée de JF Noubel, il est important d'être attentifs aux signaux faibles, de voir la révolution
douce qui s'opère, et de cesser de prêter de l'attention à l'information de masse: couper la radio, la télé, les journaux... aller chercher l'info que l'on souhaite sur internet et dans les
livres.



Anon 30/08/2012 19:53

"La croissance n’est plus et notre Président ferait bien de ne pas gaspiller les précieux millions que nous pouvons encore dépenser, pour les utiliser dans un vaste chantier de préparation de
l’après pétrole." Préparer l'après pétrole c'est améliorer notre autonomie, donc par définition faire des changements principalement internes au pays (on n'importe pas plein de choses pour
améliorer son autonomie, c'est contradictoire). Or à l'intérieur de notre pays on peut créer autant de monnaie qu'on veut, les millions ne sont donc ni rares ni précieux, c'est juste que le
gouvernement ne veut pas en créer.

Benoît Thévard 06/09/2012 09:26



De quelle monnaie parle-t-on ? créer de l'Euro ou créer des monnaies complémentaires pour multiplier les échanges ? Quand je parle de "précieux millions", je parle évidemment de cette monnaie
courante qui permet de solliciter des grandes entreprises pour des chantiers d'envergure. or si l'on crée trop de cette monnaie: forte inflation qui nuirait à la population. Donc effectivement,
si on créait une ou des monnaies complémentaires, la donne serait bien différente ... En terme de mutation, nous serions sur la bonne voie !