Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Avenir sans Pétrole

Besoins primaires: vivre, tout simplement !

6 Août 2010 , Rédigé par Transition Sower Publié dans #Propositions

C’est en 1940  qu’Abraham Maslow établi une hiérarchie des besoins sous forme de pyramide.

Elle est couramment appelée « pyramide de Maslow ».


pyr-1.JPG

 

Ce qu’illustre cette pyramide, c’est que l’on ne cherche à assouvir le besoin du dessus, que si l’on a assouvi celui du dessous. C’est-à-dire qu'en premier lieu, tous les humains doivent trouver une réponse aux besoins physiologiques au quotidien.

 

Certains n’y arrivent pas, il s’agit alors de survie et chercher la sécurité serait un luxe.


D’autres n’ont plus ce premier souci et ils s’inquiètent alors de leur sécurité, et de la durabilité de leur alimentation, logement …

 

Et ainsi de suite …


Ce qui veut dire que les seuls besoins universels pour lesquels tout humain est obligé de trouver des réponses immédiates et quotidiennes, ce sont les besoins physiologiques.


Or, la sensation de confort et les habitudes consuméristes nous ont éloigné de ces simples besoins.

Nous avons tous la certitude inconsciente qu’il y aura toujours de la nourriture dans les supermarchés, que nous pourrons toujours aller à l’hôpital, que nos logements pourront toujours être chauffés et qu’il y aura toujours de l’eau au robinet. Le seul doute que nous ayons, c’est celui d’avoir les moyens de payer tous ces biens et services et donc d’avoir un emploi, du pouvoir d’achat …

 

Ces besoins primaires ou physiologiques sont ceux nécessaires au fonctionnement, au métabolisme du corps humain.


pyr-2.JPG

Il s’agit de manger, boire, se soigner, se loger et se chauffer (ou refroidir), dormir, respirer...

 

Il n’y a pas aujourd’hui, dans nos pays « modernes », de problème technique ou physique empêchant une personne qui a de l’argent, de manger, boire ou se loger. Si une personne ne mange pas à sa faim, n’a pas de logement ou ne se chauffe pas, c’est donc qu’elle n’en a pas les moyens financiers.


C’est pourquoi notre objectif quotidien n’est plus d’avoir à manger mais de gagner de l’argent pour ensuite avoir accès à tout le reste.

Nous avons donc, pour beaucoup, perdu ce rapport direct qui nous relie avec la terre, l’eau et l’environnement en général. Cela nous permet d'ailleurs de vivre au milieu de territoires entièrement bétonnés, sans avoir à se demander grâce à qui, où et comment ont poussé les fruits et légumes que nous mangeons chaque jour.

 

Mais à quels types de crises devrons-nous faire face demain ? Comment évoluera le climat ? Comment réagiront les peuples qui n’ont plus accès à l’énergie ? 

 

Cet éloignement de nos besoins élémentaires nous donne la sensation qu’ils seront toujours comblés. Mais sommes-nous absolument certains que ce sera le cas en toutes circonstances ?

 

Ce blog a été créé car je suis persuadé qu'il y a un moyen de répondre à cette question:

 

Mettre en oeuvre tous les outils qui permettront de garantir a chacun qu'il trouvera une réponse à ses besoins élémentaires, en toutes circonstances.  

 

Plus simplement c'est améliorer la résilience du territoire !

 

Partager cet article

Commenter cet article

Pierre Gilbert 06/08/2010 18:11



Gandhi avait établi une distinction, toujours pertinente, entre les besoins et les désirs. Il estimait que l'humanité pouvait combler les besoins de tous mais non les désirs de tous, car infinis
par nature. 



Transition Sower 11/08/2010 19:12



Gandhi était un sage ...


Combler les désirs étant la priorité des puissants, sommes nous contraints de voir l'humanité se réduire pour permettre aux désirs de continuer à tendre vers l'infini ?


N'a-t-il pas dit: "Tous vivre simplement pour que tous puissent simplement vivre"


Allez vers la résilience c'est s'assurer que nous puissions tous simplement vivre, et s'il y a du rabe ce sera tant mieux ! :-)