Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Avenir sans Pétrole

Energie-Climat: quand l'administration joue les équilibristes !

14 Août 2010 , Rédigé par Transition Sower Publié dans #Regard critique

 

(…) «Le monde continuera à dépendre du carbone», a rassuré Hillary Clinton dans une déclaration vidéo diffusée à la conférence de Houston. (…)

Le Figaro.fr, 11 mars 2010

 

Nous voici donc face à des enjeux à l’échelle de l’humanité démontrés par une quasi unanimité scientifique sur les conséquences du réchauffement climatique, et nous en sommes encore, en 2010, à devoir rassurer les professionnels des émissions de GES que nous ferons toujours appel à leurs services !

 

Le protocole de Kyoto est resté des années sans être ratifié par les principaux pollueurs (Australie, Etats-Unis, Russie ...) pour éviter toute contrainte économique liée à l’environnement.

Le sommet de Copenhague a été sabordé par les dirigeants Canadiens qui veulent vendre leurs sables bitumineux, les chinois et américains qui veulent utiliser leur charbon  etc …

 

UsineCharbon.jpg

 

Il semble que l’enjeu climatique reste trop abstrait et discutable pour le monde, et que les puissants ne se préoccupent pas plus des conséquences potentielles du réchauffement qu’ils ne se sont préoccupés de la famine mondiale depuis des décennies. Nous devons donc faire avec ce triste constat que le souci de satisfaction des lobbies empêchera les gouvernements de changer radicalement le cours des choses.

 

Dans ce même article dont j’ai déjà cité un extrait, il est également dit ceci : 

 

« Si le secteur (pétrolier) n'investit pas dans l'exploration et la production, en 2015, il manquera 30 à 45 millions de barils par jour pour satisfaire la demande, soit trois fois la production saoudienne. »

 

Voici donc une nouvelle bien inquiétante ! La crise a fait reculer les investissements nécessaires et nous risquons de manquer cruellement de cet or noir ! – pour rappel, 45 millions de barils par jour c’est la moitié de la capacité de production, et donc de notre consommation actuelle –

 

Il ne s’agit plus de sauver la population du Bengladesh, mais du risque de voir le système sanguin de notre société moderne se vider de sa précieuse substance. Les décideurs réagissent-ils pour autant ? Non.

Avez-vous entendu M. Sarkozy, M. Obama ou M. Poutine parler du pic pétrolier ou gazier et de ses conséquences ? Non … mais je peux le comprendre !

 

En effet, comment être à la tête d’un état et annoncer à toute une population que nos modes de vie vont devoir radicalement changer, qu’il faudra tout relocaliser, que la grande distribution et les plateformes logistiques centralisées sont appelées à disparaitre, que l’alimentation ne fera plus appel aux engrais et pesticides mais au compost et au désherbage manuel ?

 

Ce n’est pas possible à l’échelle d’un état. La population ne pourrait pas le comprendre et l’inaction est donc de mise.

 

Voici donc deux défis majeurs actuels pour la planète et ils sont niés par les plus hautes instances. Pourtant nous restons tous à attendre qu'ils agissent. Nous pensons surement que si tout est mondialisé, les solutions doivent l'être également !

 

Je suis persuadé que non, qu'il n’y a pas que les nations, l’Europe et la mondialisation ! Il y a les villes et villages, les communautés de communes et d’agglomération. Je pense que c'est à cette échelle que tout peut et doit se jouer et rapidement. S'il n'est pas possible de trouver des consensus à l'échelle mondiale nous pourrons les trouver à l'échelle locale.

 

Citoyens et élus des communautés locales,

Il est temps de relever le défi. Le changement ne viendra pas du G8 ou du G20. Le changement c’est à vous de le faire en fonction de vos besoins, de votre territoire, de vos compétences et de votre vision de l’avenir.

Partager cet article

Commenter cet article

escospam 30/08/2010 15:32



200% d'accord, personnellement je n'ai plus de voiture depuis 2003.... 



ecospam 30/08/2010 14:35



 La crise a fait reculer les investissements nécessaires et nous risquons de
manquer cruellement de cet or noir !


C'est bien une des nombreuse définitions du pic pétrolier: le moment où pour des raisons multiples (géologiques, géopolitiques, économiques...) la machine à produire se grippe. Que se soit pour
des raisons "objectivement" purement géologiques ou toute autre ne change rien au fond de l'affaire: le système vu dans son ensemble s'adapte!


Si on ne peut pas produire à un coût plus important (la prix de 2008 qui cause la récession d'après certains analystes et non pas "seulement" un éclatement de bulle immobilière...), alors la
production va diminuer et la demande d'adapte.


Bref si on voit cette histoire de pic pétrolier comme le résultat d'une adaptation continue d'un système complexe production/consommation avec des tas de rétroactions dans tous les sens, alors ce
qui se passe est assez lisible.






Benoît Thévard 30/08/2010 15:11



Si la consommation s'adapte à la production, cela veut dire que la consommation baisse énormément. S'il y a une grosse baisse de consommation, selon les lois de notre système basé sur la
croissance économique, alors il y a une grosse recession.


Comme imaginez-vous une grosse recession dans notre pays ?


la crise pétrolière de 1973 a eu des conséquences considérables alors que la production n'a diminué que de 4 ou 5% !


L'adaptation de notre société se fera, comme vous dites, mais à quel prix ?


Personnellement je préfère mettre en avant des solutions pour diminuer la consommation avant que la baisse de production ne nous l'impose ! Tout ceux qui se seront préparé et auront diminué leur
besoin en pétrole seront les grands gagants de la crise à venir.