Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Avenir sans Pétrole

Energie nette: vers la fin des sociétés industrielles

8 Janvier 2014 , Rédigé par Benoît Thévard Publié dans #Diffusion, #intro

C’est un fait, pour con­stru­ire des aéro­ports, des autoroutes, des immeubles qui vont cha­touiller le ciel et des méga­lopoles de 30 mil­lions d’habitants, nous devons dis­poser physique­ment d’une énergie nette suff­isante.

L’énergie nette est la quan­tité d’énergie qui reste à la société après sous­trac­tion de l’énergie util­isée pour la pro­duc­tion de cette même énergie. Or, il existe un seuil au dessous duquel une société ne peut pas descen­dre sans ris­quer de voir s’effondrer son activ­ité économique et ses fonc­tions sociales. Si l’énergie ne sert qu’à pro­duire de l’énergie, il ne reste plus rien pour per­me­t­tre à la société de fonctionner.

over_alex_maclean_1.jpg

©Alex MacLean - Over

Le vendredi 13 décembre 2013, j'ai présenté un séminaire à l'Institut Momentum à Paris. Pendant 1h30, j'ai détaillé le résultat de mes dernières recherches sur le thème de l'ERoEI et de l'Energie Nette. J'ai déjà abordé ce sujet dans plusieurs articles sur ce blog:

L'énergie nette va-t-elle bientôt disparaitre ?

Extraire du pétrole pour ... extraire du pétrole pour ...

A l'issu de ce séminaire, j'ai rédigé un article pour l'Institut Momentum qui vient d'être publié. Voici un extrait (lien de téléchargement en bas de l'article):

" Quelle part de la population est capable de comprendre l'évolution de la production et des réserves pétrolières ? Qui est en mesure d'expliquer le fonctionnement d'une centrale nucléaire ? Qui sait analyser les externalités liées à l'extraction des sables bitumineux du Canada ? Le secteur énergétique est de ceux qui font l’objet des plus nombreuses désinformations, déformations et manipulations de données.

Celles-ci alimentent une recrudescence de théories du complot (moteur à eau), de bulles spéculatives (gaz de schiste) et d’inventeurs, souvent extravagants, qui promettent une énergie libre, illimitée et écologique pour l’humanité entière (moteur à aimants permanents). Il est en effet très facile de faire croire à une abondance rassurante en masquant les aspects les plus gênants de la réalité.

magicien.jpg

Cette situation n’est pas toujours liée à de la mauvaise foi. Elle est souvent imputable l’hyperspécialisation des experts qui, pour être capables de développer et comprendre les techniques les plus pointues, s’affranchissent des variables gênantes de la grande équation du Monde, au point d’en méconnaître toute la complexité.

Certains chercheurs ont pris de la hauteur pour accéder à une vision globale, une vision systémique qui tienne compte de la complexité des interdépendances entre l’Homme et son environnement. Une telle approche permet d’intégrer l’énergie comme faisant partie de chaque élément, de chaque transformation de l’écosystème et non comme un secteur industriel que l’on peut gérer indépendamment du reste.

Howard Thomas Odum est de ceux-là. Cet écologue américain, connu pour ses travaux sur l’analyse systémique des systèmes écologiques, publie en 1973 un papier dont la pertinence reste remarquable quarante années plus tard, malgré les progrès technologiques et l’accélération de l’innovation que nous avons connus depuis.

Son analyse  démontre que, bien qu’indissociables dans la réalité, les trois éléments du triptyque énergie-écologie-économie sont aujourd’hui pris en compte séparément et par des spécialistes, provoquant des choix politiques non-durables, des oppositions militantes fortes et des dégradations irréversibles. H. T. Odum montre également qu’il ne suffit pas de quantifier l’énergie en termes de ressources brutes, mais qu’il faut analyser la quantité d’énergie dont la société pourra réellement disposer en fin de compte : l’énergie nette. (...)

Pour lire l'article en intégralité:

La diminution de l'énergie nette, frontière ultime de l'anthropocène

Partager cet article

Commenter cet article

Le Pape 09/08/2014 00:14

L'énergie nette s'approche en première approximation de la consommation finale, c'est donc l'évolution de cet indicateur qu'il faudrait suivre et non pas celui des extractions pour l'évidente raison que les problèmes apparaîtront quand le besoin des consommateurs ne sera plus satisfait.


Réflexions :
1) Comme l'énergie nette va en diminuant, le pic de la consommation finale globale précédera obligatoirement celui des extractions de plusieurs mois voire d'années
2) Comme selon les experts nous sommes proches du pic des extractions de pétrole toutes catégories, peut-être que la consommation finale globale a déjà passé le pic
3) Il y a une possibilité qu'on vive longtemps avec une augmentation illusoire des extractions tandis que la société est en train de s'écrouler suite au déclin de l'énergie nette, c'est à dire le risque qu'on ne perçoive pas clairement l'origine du problème tant que tout va bien du côté des compagnies pétrolières

Mathieu 15/03/2014 09:52

L'effondrement des sociétés industrielles.
Une récente étude financée par la Nasa vient épauler ce qui avait déjà été décrit dans Limits To Growth de l'équipe Meadow.
http://www.theguardian.com/environment/earth-insight/2014/mar/14/nasa-civilisation-irreversible-collapse-study-scientists

Greg 19/01/2014 19:45


Merci pour cette Analyse et ces conclusions . En ce début d' Année 2014 , nous faisons encore ,un peu ,tous la farandole comme si de rien n' était et nous ne voyons ,à priori , pas encore
trop venir (ou pas du tout ) des signes annoncant un probable rapide changement de situation .Ceci comme un peu noyé dans une sorte d' euphorie du monde de la mode du
Multi-média .Ainsi ,alors qu' aujourd' hui , la virtualité bat son plein , nous pourrions etre rapidement mis en face d' une réalité qui certainement nous rappelera que le monde dans lequel
nous vivons , n' est pas qu' une marrée d' écrans .    

Mathieu 18/01/2014 17:49


Bonjour,


L'armée US confirme son inquiètude.


http://www.theguardian.com/environment/earth-insight/2014/jan/17/peak-oil-oilandgascompanies


 

Barré 10/01/2014 10:36


Je me suis longtemps préoccupé pour le pic, alors qu'il ne fallait y voir qu'une cloche. Reste à étudier les différents aspects de sa résonnance et de sa portée pour notre communion à tous.


Cyril La turlutte