Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Avenir sans Pétrole

Indépendance au pétrole : attention aux abus de langages !

29 Août 2010 , Rédigé par Benoît Thévard Publié dans #Regard critique

El Hierro est une petite île Espagnole, située dans l’archipel des Canaries. Son ambition : devenir l’île la plus « verte » du monde en construisant une installation de production d’énergie renouvelable qui va remplacer la centrale thermique fonctionnant au pétrole.

el-hierro.JPG

Cette petite île de 10.477 habitants sur une surface de 287 km² a donc relevé un défi incroyable. Officiellement et donc pour les médias, il s’agit de la chose suivante :

El Hierro va bientôt vivre sans pétrole !

Mais que cache cette expression ? Est-il vraiment question de vivre sans pétrole ?

Cinq éoliennes de 2,3 MW chacune ont donc été installées sur l’île. L’énergie éolienne étant intermittente, celles-ci ont été couplées à une centrale hydroélectrique de pompage-turbinage. Autrement dit, lorsque les éoliennes produisent plus d’électricité que nécessaire, les pompes aspirent l’eau de mer pour la remonter dans un réservoir en altitude.

A l’inverse, lorsque le besoin est plus important et qu’il n’y a pas assez de vent, on libère l’eau stockée pour la faire passer dans des turbines et ainsi produire l’électricité nécessaire.

pompage-turbinage.gif

Ils obtiennent ainsi une centrale électrique d’une puissance de 11,5MW, bien plus que la centrale à pétrole de 4MW qu’ils utilisent actuellement et qui consomme 40.000 barils par an.

Cette vidéo en espagnol décrit le projet

 

L’idée est excellente et pour un investissement de 64 M€ ils seront indépendants en électricité pendant 25 ans (durée de vie d'une éolienne). Malheureusement, tous les territoires ne disposent pas de telles conditions pour mettre en place ce genre d’outil : faible population, surface disponible avec reliefs, vents forts et réguliers, océan à proximité … Mais il est important que ceux qui peuvent le faire ne s’en privent pas !

Cela dit, il s’agit d’une indépendance au pétrole toute relative puisqu’elle ne concerne que la production d’électricité ! Peut-on vraiment parler d’indépendance au pétrole dans ces conditions ?

Je pose donc les questions suivantes :

  • Vont-ils arrêter de faire venir par bateau de l’eau potable en bouteilles ?
  • Vont-ils arrêter d’importer des médicaments fabriqués grâce à la pétrochimie ?
  •  Vont-ils arrêter d’importer de la nourriture ?
  •  Leurs méthodes de culture n’utilisent-elles pas les engrais et les produits phytosanitaires ?
  • Ont-ils une solution énergétique pour les tracteurs et autres machines agricoles ?
  • Construisent-ils leurs maisons avec la terre locale et des agro-matériaux ?
  •  Vont-ils arrêter d’importer tous les biens de consommation courante qu’ils ne produisent pas sur l’île ?

Je suis assez tranquille pour dire que la réponse à ces questions est probablement NON !

tanker.JPG

Il ne s’agit pas de jeter la pierre sur cette excellente initiative, mais simplement de corriger ces abus de langages : l’île ne sera pas indépendante au pétrole, elle le sera pour son électricité et probablement pour une partie de ses voitures. TOUT le reste sera encore dépendant des hydrocarbures.

Je tenais à faire ce billet car j’ai par ailleurs assisté à plusieurs conférences dont le titre était évocateur : quelles énergies pour demain ?

A chaque fois la question était simplement de parler de l’électricité renouvelable, comme si nos seuls besoins énergétiques concernaient l’allumage des ampoules, le frigo ou la machine à laver.

Ne nous y trompons pas, l’énergie électrique n’est pas l’énergie qui nous fait manger ! Il n’y a pas d’indépendance au pétrole sans remise en cause de l’agriculture, de l’habitat, des transports, de la santé et de l’économie.

 

Partager cet article

Commenter cet article

sequeira 30/08/2010 12:19



Bonjour, oui en effet le côté médiatique est un peu gros, mais il y a quand même quelque chose de vraiment positif de mis en place. Et si chacun fait un peu c'est le monde qui avance.



Benoît Thévard 30/08/2010 12:27



Comme vous avez pu le lire, je ne remets pas en cause l'idée qui est très positive. Mais je trouve que trop peu de personnes ont conscience de ce qu'implique l'indépendance réelle au pétrole.
C'est pourquoi je tiens à insister sur les termes employés: "faire de l'électricité sans pétrole" n'est pas du tout la même chose que "vivre sans pétrole" et pour que tout le monde prenne
conscience de cela il faut simplement remettre les choses à leur place.



jb 30/08/2010 00:03



Plus qu'un abus de langage, c'est carrément une vue étriquée de notre dépendance au pétrole!


Merci ;o)


JB