Avenir sans Pétrole

Pic pétrolier: l'avis des spécialistes (mise à jour 11/2010)

17 Novembre 2010 , Rédigé par Benoît Thévard Publié dans #Pic pétrolier

Avant de m'exprimer sur le phénomène de pic pétrolier, j'ai souhaité vérifier mes propos dans les médias et rapports.


Cet article vous donnera quelques exemples des témoignages sur lesquels j'appuie mon argumentation. Il ne s’agit pas d’une liste exhaustive mais d’un recueil d’avis particulièrement crédibles. De nombreux autres existent, même s’ils ne sont pas cités dans cet article.

 

Le tableau ci-dessous donne simplement une idée de l'estimation du pic pétrolier en fonction des auteurs:

 

recap_pic.JPG


D'un point de vue technique, il semble que les professionnels du secteur pétrolier (ingénieurs, experts, PDG ...) soient les seuls à pouvoir estimer ce qu'il y a sous nos pieds. S'agissant d'un domaine particulièrement stratégique, nous pourrions émettre des doutes sur les propos de certains. Quels que soient les propos tenus, il convient donc garder en permanence un regard critique.

 

 

M. Robert Hirsch, spécialiste des questions énergétiques ayant travaillé pour l’État et le secteur privé au Etats-Unis.


En 2005, c’est lui qui est à l’origine de l’étude sur le pic pétrolier du DOE (Department of Energy) des États-Unis.


Article consacré à ce témoignage

 

Armée Allemande (Bundeswher)

 

Dans un rapport classé confidentiel, elle décrit, par l'intermédiaire de ses analystes, les conséquences dévastatrices d'un choc pétrolier durable lié au déclin des ressources pétrolières mondiales.


Article consacré à ce témoignage

 

M. Luis de Sousa, membre de l’ASPO Portugal


Ce spécialiste annonce de manière ferme que les débats sur la date du pic pétrolier font partie de l’histoire, puisqu’il est derrière nous maintenant.


Article consacré à ce témoignage

 

M. Jim Baldauf, président de ASPO USA


Début octobre 2010, lors de la conférence annuelle sur le pic pétrolier, plusieurs experts internationaux indiquent que, malgré la hausse de production de certains pays et la découverte de nouveaux gisements, la production mondiale de pétrole ne pourra plus augmenter.


Comme le témoignage précédent, ces données doivent être confirmées à l’avenir par l’observation des courbes.


Les derniers chiffres de production pour octobre 2010 indiquent une légère augmentation. Il est donc important d’observer la tendance et de ne pas céder à un catastrophisme prématuré.


Article consacré à ce témoignage

 

M. Charles Maxwell, analyste principal en énergie chez Weeden & Co.


Ce spécialiste sénior du secteur pétrolier explique, dans une interview, que nous connaîtrons un pic ou un plateau entre 2015 et 2020, provoquant une forte hausse du prix du baril jusqu’à 300$.


Article consacré à ce témoignage

 

M. Christophe de Margerie, PDG de Total.


Il était interrogé par  la commission des finances en 2008, suite à la très forte hausse des prix du pétrole. Ses propos ont le mérite d'être clairs.

 

 

 

 

M. GABRIELLI, PDG de la société Petrobras (Compagnie pétrolière Nationale du Brésil).


Celui-ci a indiqué, lors d'une présentation publique en Décembre 2009 que nous devrions atteindre un pic de production en 2010. Il a également indiqué que le déclin qui allait suivre imposerait de trouver, tous les deux ans, un gisement équivalent à l'Arabie Saoudite pour conserver notre rythme de production actuel.

 

gabrielli-copie-1.JPG

 

 

M. Pierre-René Bauquis, Professeur associé à l'Ecole du Pétrole et des Moteurs, Ingénieur et enseignant à l'Institut Français du Pétrole.


En 2006, cet expert estimait que nous devrions atteindre un pic de production en 2020, tous liquides naturels confondus et sans restrictions budgétaires (ce qui n'est pas le cas depuis la crise).

 

PRB

 

M. Glen Sweetnam, principal analyste officiel au Département Américain de l'Energie.

 

Il annonce dans un article du monde que nous pourrions subir un déclin de production mondiale de pétrole d'ici 2011. Depuis, il a été muté dans un service dont les membres ne donnent pas d'interview.

 

 

Glen.JPG

 

 

M. J.Peter Gerling, expert à l'Institut Fédéral pour les géosciences et les ressources naturelles en Allemagne.

 

Il s'exprime dans un rapport du Conseil Mondial de l'Energie (World Energy Council) pour dire avec plein de bon sens qu’il y a plus de risques à être trop optimistes et attendre de voir, qu’à envisager la transition dès à présent, même si l’on découvrait qu’il y a davantage de pétrole que nous l'avions prévu.

 

gerling-copie-1.JPG

 

Sir Richard Branson, PDG du groupe Virgin.

 

C’est en Février 2010 que six compagnies du Royaume Uni (Arup, Foster, Scottish and Southern Energy, Solarcentury, Stagecoach group et Virgin) se sont rassemblées afin de lancer un appel à l’ensemble du pays.

 

Dans leur rapport (The Oil Crunch), ils indiquent que les pénuries de pétrole, les incertitudes sur l’approvisionnement et la volatilité des prix va déstabiliser l’économie, la politique et les activités sociales dans les cinq années à venir.

 

Ils précisent donc qu’il y a effectivement deux principaux challenges pour les responsables politiques:

- Reconnaître publiquement la situation, ce qui n’est pas encore le cas dans la plupart des pays,

- Mettre en œuvre les choix politiques qui permettront d’éviter les effets les plus graves que la crise pourrait provoquer.

virgin.JPG

 

En conclusion, les témoignages sont nombreux et ceux que je viens de citer sont loin d'être isolés. Il me semble que cela apporte une crédibilité non négligeable à la thèse du pic pétrolier, au delà même des explications techniques qui font l'objet d'un autre article.

 

De plus, il semble que la période estimée se situe entre aujourd'hui et 2020 au plus tard. Ce qui nous laisse une dizaine d'années pour agir ... au mieux !

 

 

Partager cet article

Commenter cet article

Martine 30/11/2010



Bonjour,


Avez-vous vu l'opinion de l'AIE dans "le Monde" du 18 novembre: tout va bien, le Pic Oil est atteint?


Serait-ce une nouvelle stratégie pour nous fourguer quelques centrales nucléaires supplémentaires?



Philippe LABAT 03/12/2010



Benoît,


 


Les volumes d’hydrocarbures en place dans le sous-sol du Bassin Parisien (les « shale oils » sont donnés par Jean LAHERRERE
dans son texte : http://aspofrance.viabloga.com/files/JL_40GbunderEiffelTower.pdf. Le lecteur pressé ira au pénultième paragraphe. Le lecteur un peu moins pressé lira le premier paragraphe de la pénultième page, où Jean
LAHERRERE cite le chiffre de 1 100 milliards de barils, un chiffre qui est certainement dans l’ordre de grandeur de la vérité. D’une manière générale, la prose de Jean LAHERRERE, pas
toujours digeste, mais précieuse pour bien comprendre les définitions des « réserves » et autres « ressources » est accessible sur le site de l’ASPO FRANCE.


 


Le nom exact du Nigérian mis à mort en 1995 est Ken SARO-WIWA. Je suis désolé d’avoir écorché son nom.



Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog