Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Avenir sans Pétrole

Résilience alimentaire: que penser des OGM ?

25 Août 2010 , Rédigé par Transition Sower Publié dans #Regard critique

 

Dans un décret daté du 20 juillet 2010, le gouvernement français a inscrit un maïs OGM au catalogue officiel des semences. Celui-ci intervient alors même que les cultures d'OGM ont été suspendues en France depuis 2008 par activation de la clause de sauvegarde.

 

Ces variétés sont généralement destinées à l'alimentation animale, pour laquelle l'étiquetage n'est pas obligatoire contrairement à l'alimentation humaine.

 

Le débat national concernant les OGM pose beaucoup de questions, et face à l'absence de certitudes quant à l'innocuité de ces cultures, l'application du principe de précaution semble indispensable.

 

Je me replace dans le contexte de la résilience des territoires, et je me pose donc la question suivante :

 

Les OGM sont-ils la solution à la souveraineté alimentaire, à la diminution des consommations d'énergie, à la diminution de l'utilisation des produits phytosanitaires, à la préservation des sols et à la biodiversité ?

 

Souveraineté alimentaire

 

La semence OGM est une semence dont le patrimoine génétique a été décodé puis modifié. Cette méthode permet ainsi aux firmes qui effectuent de la recherche sur le sujet de devenir propriétaire d'un code génétique et donc, grâce à un dépôt de brevet, de devenir propriétaire unique de la semence. On appelle cela également le brevet sur le vivant.

Ainsi, lorsque qu'une méthode de culture est mise en place  avec une semence OGM, le paysan est contraint d'acheter chaque année de nouvelles semences. Une dépendance se met alors en place entre un paysan et une entreprise multinationale. Par ailleurs, les agriculteurs qui font pousser illégalement ce genre de semences, ou dont les cultures sont pollinisées involontairement par des champs voisins, peuvent se retrouver au tribunal pour utilisation frauduleuse. Entre 1990 et 2004, la firme Monsanto a intenté des procès contre 147 agriculteurs et 39 entreprises agricoles.


Tout cela n'est donc visiblement pas fait dans un état d'esprit philanthrope et si la recherche sur les OGM avait dû éradiquer la faim dans le monde, ce serait probablement déjà fait. Malheureusement les seules semences OGM commercialisées sont résistantes aux herbicides ou produisent leur propre insecticide. Rien à voir avec le manque d'eau ou la stérilité des sols.

 

Le bilan semble donc être défavorable concernant la souveraineté alimentaire, puisque ce type d'agriculture implique une dépendance permanente des paysans pour les semences et pour les produits phytosanitaires dont nous parlerons ci-après.

 

Préservation des sols et biodiversité, énergie et phytosanitaire: tout est relié !

 

La culture des OGM est dans la lignée de la révolution verte, c'est à dire augmentation des surfaces, mécanisation, ajout de fertilisants et forte irrigation. Or il est aujourd'hui démontré scientifiquement que ces méthodes de culture ont tendance à provoquer une diminution de la biodiversité et de la microbiologie des sols. La mise en œuvre excessive de certaines pratiques agricoles comme le labour finissent par générer une forte érosion, imperméabiliser la terre et rendre impossible toute vie dans ces conditions.

 

 

 


 

 

 

Les variétés résistantes aux herbicides (Maïs, coton ou soja Round Up Ready)

 

Une des raisons pour mettre en avant les OGM et inciter à leur utilisation, c'est une soi-disant absence d'utilisation de ces produits chimiques:

"Les OGM, c'est le meilleur outil écologique parce que ça permet de supprimer les pesticides, les insecticides, et demain les engrais, de réduire la consommation d'eau. Et ce sans aucun danger." (Claude Allègre, 2007)

 

Haricots-de-soja-OGM.jpg

 

Cette situation serait vraiment positive, mais malheureusement c'est tout l'inverse qui est constaté. En Amérique du sud par exemple, la résistance du soja aux herbicides permet un épandage massif de ce dernier par hélicoptère ou par avion, détruisant ainsi toute la flore environnante et polluant les rivières. De plus, des résistances apparaissent, exigeant ainsi une augmentation permanente et incontrôlée des doses.

 

OGM-helicoptere.jpg

 

Les variétés qui produisent elles même l'insecticide (Maïs BT)

 

Le principe de cette plante n'est pas le même puisqu'il évite effectivement l'utilisation externe d'un insecticide contre la pyrale, insecte ravageur de la culture de maïs. En revanche la modification génétique donne à la plante la capacité de produire elle même cet insecticide tout au long de sa croissance. Lors d'un échange avec un chercheur travaillant sur les OGM en laboratoire (Conférence sur les OGM, Castanet-Tolosan, 2005) celui-ci m'a indiqué que durant toute sa croissance, la plante pouvait libérer entre 1000 et 10.000 fois plus d'insecticide que si celui-ci avait été appliqué par épandage. Si j'en crois ce scientifique apriori pro-OGM, je constate là encore qu'il y a un monde entre les discours et la réalité.

 

Le bilan est, là encore, plutôt négatif quant à la résilience, puisque nous avons visiblement une pollution accrue des sols et de l'eau, une forte dépendance aux produits de synthèse pétrochimiques dont on sait qu'il vont être de plus en plus chers, une perte de biodiversité générée par l'utilisation intensive d'herbicide (glyphosate) et par une sécrétion non maîtrisée d'insecticide.

 

Conclusion

 

J'ai beau chercher, je n'arrive pas à trouver de réels avantages à l'utilisation des OGM. Si au moins nous avions pu constater que certains pays avaient pu améliorer leur alimentation, la qualité de vie des paysans, la biodiversité ou la fertilité des sols, je serai très heureux de vous en faire part.

Dans ma réflexion sur l'amélioration de la résilience des collectivités et donc de leur capacité à s'alimenter en toutes circonstances, je dois dire que les OGM ne répondent pas aux critères dont la société aura besoin à l'avenir.

Certes nous aurons besoin de nous alimenter, mais en l'absence de fertilisants pétrochimiques, nous aurons besoin de sols fertiles, de faune microbienne et d'une biodiversité la plus riche possible.

 

Partager cet article

Commenter cet article

henry 11/09/2010 00:08



Bonsoir,


j'ai vu récemment la vidéo suivante qui aborde le coté scientifique de la chose, et les conclusions sont identiques.


Les OGM_ c'est quoi _ (complet)