Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Avenir sans Pétrole

Un baril de pétrole à 300$ avant 2020 ?

11 Novembre 2010 , Rédigé par Benoît Thévard Publié dans #Pic pétrolier

Rares sont les personnes qui osent avancer une évolution des prix du baril tant les pronostics sont périlleux.

 

Charles Maxwell est un analyste principal en énergie chez Weeden & Co.

 

Dans une interview parut le 03 novembre 2010, il donne sa vision du pic pétrolier et de l’évolution des prix au cours de la prochaine décennie. Voici un résumé et une critique de ses propos.

 

« Je pense que le pic surviendra entre 2015 et 2017 »

 

L’analyse de M. Maxwell est conforme à tous les rapports publiés ces derniers mois, dont les estimations situent le pic entre aujourd’hui et 2025 au plus tard.

 

Sans la forte de baisse de consommation d’énergie liée à la crise que le monde connait depuis 2008, nous aurions atteint le pic entre 2013 et 2014. Cette situation repousse donc l’échéance et provoquera un plateau de production entre 2015 et 2020, qui sera suivi d’une diminution de la production.

 

Le rationnement

 

S'il n'y a pas assez de pétrole pour tout le monde, un rationnement semble indispensable. Dans la mesure où aucun pays ou groupe pétrolier ne sera suffisamment important pour imposer ce type de mesure, c’est le marché lui-même qui organisera le rationnement. Autrement dit, le prix du pétrole va considérablement augmenter.

 

Les six alternatives énergétiques

 

M. Maxwell indique que toutes les autres énergies seront utilisées, notamment le nucléaire, le gaz naturel et le charbon.

 

Dans la mesure où le charbon pose d’énormes problèmes climatiques, c’est surtout vers le gaz naturel et l’uranium que l’énergie mondiale devrait se tourner. Mais selon lui, il ne faut pas oublier les pics de l’uranium (80 à 100 ans maxi) et du gaz (60 ans maxi).

 

Concernant les autres énergies alternatives, M. Maxwell considère que dans les 20 prochaines années, l’éolien ne représentera pas plus de 3 à 4% de l’énergie consommée et le solaire entre 1 et 1,5%.

 

Après le pétrole, le charbon, le gaz, le nucléaire et les renouvelables, il reste les économies d’énergie et l’efficacité énergétique qui produiront les changements les plus importants.

  

Les conséquences au quotidien

 

M. Maxwell donne quelques exemples de l’impact du pic pétrolier sur nos vies. Cela passe par l’explosion du coût des transports qui modifiera les produits que nous trouverons dans les supermarchés, ou encore le type d’aliments consommés comme les légumes racines qui se conservent mieux et seront donc privilégiés les facilités de stockage.

 

Les prix du pétrole

 

Il est intéressant de trouver une analyse économique de l’évolution probable des coûts du pétrole.

 

La situation actuelle présente une certaine stabilité liée à une adéquation et un équilibre entre l’offre et la demande.


Cependant, dans un contexte de reprise économique qui se poursuit, la croissance globale de la consommation mondiale va progresser de 1 à 1,5% par an.

 

Cette augmentation incessante de la consommation globale liée à la croissance économique et démographique des pays émergeants va nous amener jusqu’au pic entre 2015 et 2017.

 

Ainsi, en 2015, le prix du baril pourrait être compris entre 130$ et 150$.

 

Par la suite, si l’on considère une hausse de la consommation de 1 à 1,5% par an et une baisse de la production de 0,5% par an, les prix exploseront pour atteindre 300$ le baril en dollar courant. Si l’on tient compte de l’inflation des 10 années précédentes, cela correspondrait à environ 200$ d’aujourd’hui.

 

evol_prix.JPG

Analyse personnelle

 

Voici donc un avis de spécialiste supplémentaire qui présente l'intérêt de donner des indications économiques. Il faut cependant faire très attention à ce genre de prévisions même si elles semblent réalistes.

 

En effet, les conséquences de la forte hausse des prix du pétrole sur le fonctionnement de l'économie et le niveau de croissance ou de récession restent très difficile à évaluer. Imaginer, par exemple, une hausse de la consommation mondiale de 1,5% par an avec un prix du baril qui aura atteint les 150$ peut sembler peu réaliste.

 

De plus, envisager une modification des produits dans les supermarchés, c'est considérer que les supermarchés fonctionneront toujours, malgré leur organisation très gourmande en énergie et en moyens de transports. J'ai tendance à penser que c'est la grande distribution en général qui se trouvera en grande difficulté.

 

On pourrait également penser que, malgré les changements climatiques, le charbon sera tout de même fortement utilisé, beaucoup plus que le nucléaire, notamment grâce à la possibilité d'en faire des carburants liquides.

 

Les solutions envisagées restent totalement timides et technologiques. L'idée d'une transition de la société et d'un changement profond des modes de vie n'est pas abordée. M. Maxwell se contente d'évoquer des voitures qui consomment peu ou les fils supra-conducteurs qui limitent les pertes d'énergie.

 

Partager cet article

Commenter cet article

Leroy Renaud 06/02/2011 20:33



Bonjour
Parler d'un pic/plateau en 2015-2020 alors que l'on est déjà sur un plateau depuis 2005 me semble quelque peu décalé... Et puis, pourquoi continuer à parler de pic, alors que finalement ce qui
aura une réelle conséquence sur nos vies, c'est la déplétion, c'est-à-dire la baisse de la production? Tant que l'on se trouve sur le plateau, on n'a pas encore commencé la descente! Je pense que
c'est la date du grand plongeon qui devrait être l'objet de toutes les attentions...



Benoît Thévard 07/02/2011 08:39



Bonjour Renaud,


Les rapports dont je parle ne sont pas considérés comme des vérités absolues. Ce sont des analyses qui doivent être compilées aux autres pour commencer à se faire une idées assez proche de la
réalité.


Vous trouverez des experts qui vous expliqueront que le plateau de production que nous vivons depuis 2004-2005 n'est pas lié aux capacités de production mais aux choix des pays producteurs et à
l'adaptation du marché. D'autres expliqueront que nous sommes encore loin du pic/plateau, et enfin, certains dont l'ASPO estiment que le déclin a commencé. Et j'en ai parlé dans d'autres
articles.


Juste pour information, en 2005 la capacité de production était d'environ 84,5 Mb/j contre 87,6 Mb/j en décembre 2010 soit 3,7% d'augmentation. C'est donc un plateau qui monte tout de même !


Données réelles de production


Je crois que le seul élément qui soit admis par tous, c'est que la date du grand plongeon dont vous parlez ne sera connue que lorsque nous l'aurons passée ... C'est pourquoi il est important de
surveiller les courbes !


 


 



Toto 30/12/2010 21:05



Bonjour,


Ce que je vois c'est qu'on veut nous vendre le pic pour 2015 et plus alors que si on s'en tiens à Hubert 'qui a prédit correctement le pic américains' le pic de production mondial lui devrait
être selon la théorie au plus tard en l'an 2005, en prenant compte des énergies non conventionnelles, bitume, biocarburant, énergies renouvelables, deepwater, des méthodes d'extractions,
injection au gaz ou à l'eau, de la crise mondial et de la destruction massive d'emplois on a réussit à repousser, à aplatir et surtout à cacher le pic mondial de 2005 mais ce pic est bien réel,
pour s'en convaincre il suffit de regarder le taux de chômage de beaucoup de pays industrialisés qui frôle les 10% et ce n'est pas un hasard.
Maintenant je ne suis pas certain que le prix du baril aille à 300$, le prix pourrait bien rester à 100$ ou moins si la destruction massive de l'emploi continuait, + de sans emploi ca veut dire
moins de consommateur donc moins de pression sur le prix du baril et ce scénario pourrait se poursuivre longtemps, je suis même sûr que 40 ou 50% de chômage ne serait pas un problème pour les
gouvernements du moment ou leurs places sur l'échiquier mondial ne change pas trop.


 


Bonne année.



Nillac 19/12/2010 21:22



Merci pour ce très bon site de vulgarisation que je vais m'empresser de recommander !


Petit détail important :


Selon le très bon blog du monde "oil man" : http://petrole.blog.lemonde.fr/2010/11/25/god-saves-the-business-as-usual/. Il a été écrit la chose suivante :


"L’Agence internationale de l’énergie (AIE) vient d’annoncer que la production mondiale de pétrole conventionnel n’augmentera plus « jamais
». Le « pic historique » de production a été franchi en 2006."


Il faut savoir que l'AIE à toujours été très optimiste sur les capacités de pétrole disponible et que cette
déclaration est à la fois surprenante et très intéressante.


D'autres sources donne également l'année 2006 comme l'année du pic.


Il est donc tout à fait probable que le "peak oil" soit derrière nous et que nous sommes entrés dans une phase
oscillante où chaque reprise de la croissance va faire monter le prix du pétrole (et donc de toutes les autres energies) ce qui va entrainer très rapidement une nouvelle crise. Cette phase est
tout à fait instable et il est impossible aujourd'hui de prédire ce qu'il va arriver !


Malgrè tout:


Il est peu probable que le baril de pétrole monte jusqu'à 300$ sans une crise majeure qui entrainerait sa rapide
chute.


Il est très probable que cette première crise arrive d'ici 2 ans.


Les finances des pays européens sont très mauvaises (surendettement chronique depuis des décenies agravés par la
dernière crise), il ne faut pas s'attendre à une aide miraculeuse de la part des états.



Benoît Thévard 20/12/2010 08:41



Merci pour votre remarque. Je n'ai pas traité ce sujet car il était traité par des dizaines de sites par ailleurs. Mais l'information était de taille, j'aurais donc dû faire un article ...


Concernant le prix du pétrole, c'est évidemment toute la question du fameux plateau ondulé: hausse des prix > baisse de la conso > baisse des prix > hausse de la conso > hausse des
prix ...


Le baril à 300$ est une estimation, elle reste évidemment soumise aux très nombreuses incertitudes financières, géopolitiques etc ...


S'ajoute à cela le fait qu'avec le temps, une part toujours plus importante de pétroles non conventionnels et toujours plus coûteux sera mise sur le marché, ce qui ne permettra plus une baisse
comme nous les avons connues jusqu'à présent.



~~NéoBio~~ 11/11/2010 22:48